Trouver un magasin

Mâle ou femelle, un chat reste un chat...

  • + 900 passionnés
  • + 159 magasins
  • + 7.000 produits

Mâle ou femelle, un chat reste un chat...

L’idée reçue selon laquelle les mâles sont plus indépendants et les femelles sont plus câlines est sans fondement.

Faux : les femelles sont plus affectueuses que les mâles.

L’idée reçue selon laquelle les mâles sont plus indépendants et les femelles sont plus câlines est sans fondement.
Le sexe du chat ne détermine en rien son niveau affectif : ni l’affection qu’il aimera donner ni celle qu’il voudra recevoir. Un chat qui cajole et qui apprécie d’être cajolé peut tout aussi bien être un mâle ou une femelle. Les critères qui déterminent le type de relation que vous aurez avec votre chat relèvent d’une combinaison entre :

  • La personnalité du chat, son caractère propre ;
  • L’environnement dans lequel il a grandi ;
  • L’éducation qu’il a reçue ;
  • La qualité de sa socialisation ;
  • La race.

Vrai : pénibles sont les comportements sexuels du mâle et de la femelle

En revanche, le comportement lié aux instincts reproducteurs varie bien en fonction du sexe. Tant les femelles en chaleur que les mâles en rut présentent des mœurs assez insupportables – du moins pour le maitre qui avait envisagé une vie paisible avec son chat.

  • Les spécificités du mâle. Le problème du marquage territorial par jet d’urine se pose lorsque le chat souille votre intérieur. Cette odeur acide et persistante imprègne vos tapis, plantes et canapés, grandes victimes de l’aspersion phéromonale. Les chants d’amour des mâles aux femelles en chaleur, leur fugue pour les retrouver, les bagarres entre rivaux pour conquérir la belle sont autant d’inconvénients qu’il serait souhaitable d’éviter.
  • Les spécificités de la femelle. Lorsqu’elles sont en chaleur, les femelles urinent elles aussi. L’odeur est moins marquée que celle des mâles, mais demeure très désagréable. La femelle se rend disponible à la rencontre sexuelle en envoyant des signaux on ne peut plus clair à ses prétendants. Elle se tortille et se frotte partout, à votre frigo ou à votre jambe, arc-boutent sa colonne pour dégager sa vulve, pousse des miaulements suggestifs et lancinants. Cette parade se reproduit au moins tous les six mois, mais sont assez imprévisibles. La cerise sur le gâteau : s’occuper de ses chatons.

Faux : la stérilisation n’est pas éthique

A moins que vous ne vouliez devenir le responsable d’un heureux événement ou éleveur, il est vivement conseillé de stériliser votre chat. La stérilisation est un acte réfléchi et raisonnable. Elle évite l’abandon, prévient certaines maladies et diminuent les risques d’accident sur la voie publique.
Les chats stérilisés ne sont pas malheureux ou frustrés. Quelques semaines après l’intervention, le besoin d’accouplement disparait. Le pire est pour un chat non stérilisé et cloitré à la maison sans exutoire pour ses pulsions.

  • Avantages : avec la stérilisation des femelles et la castration des mâles, finis les comportements liés aux instincts reproducteurs. Les mâles castrés, hors du ring de séduction, ne se querellent plus entre eux, ne fuguent plus et n’urinent plus à tout bout de champ dans tous les coins. Les femelles stérilisées n’ont plus de chaleurs et ne tombent plus enceinte.

Les différences entre mâles et femelles s’estompent alors. Les deux sexes tendent à devenir plus casaniers et moins sauvages. Ils apprécient d’autant plus les caresses. Le choix de l’animal en fonction de son sexe n’est donc pas aussi pertinent que la décision de le stériliser ou non.